Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 avril 2008 1 07 /04 /avril /2008 04:23
Suite à la question d'une lectrice, à savoir ce qu'est le cari, j'ai décidé de faire un petit article sur la question. Non pas que je sois connaisseure, mais j'aime beaucoup le cari et l'utilise à plusieurs sauces.

Le mot "cari" est l'utilisation française correcte du terme. "Curry" est le mot anglais, tiré de l'appellation indienne "Kari".
Il y a deux provenances principales du cari qui m'intéressent. L'indienne et l'asiatique. On les trouve en poudre (indien) ou en pâte (asiatique). Le mot "cari" sert aussi à désigner un plat en sauce à base de cari. Il existe aussi une plante dont la feuille est appelée "cari". Elle est utilisée dans la fabrication de la poudre et la pâte mais est toujours mélangée à d'autres ingrédients.

Crédit photo: Wikipédia

Les caris thaïlandais m'intéressent spécialement.  Mélange de citronnelle, de galanga, feuilles de lime kaffir (combava), de chilis et d'autre ingrédients locaux (comme de l'ail), ils tirent leur nom de la couleur des chilis utilisés, soit rouge, jaune ou vert. Quand on les achète en conserve, la teneur en chili (%) est parfois indiquée. Le cari panang est un de mes préférés. La pâte de cari est très piquante. Mais en la faisant "brûler" dans la casserole avant de raouter du lait de coco, on enlève un peu du piquant, mais juste un peu.  Pour le Ramou qui n'apprécie pas quand sa nourriture lui brûle la bouche, je fais une casserole à part et utilise moins de cari et pas d'aubergine (aime pas ça....)

En Thaïlande, on mélange la pâte de cari à du lait de coco, sauce dans laquelle on fait cuire poulet, boeuf, poisson et légumes tels aubergines, oignons, courgettes, haricots longs et poivrons. Au cari vert, on ajoute souvent du basilic thaï (ou pourpre), plus sucré que le nôtre, et des feuilles de lime kaffir. On sert le tout avec du riz au jasmin.
J'utilise aussi la pâte de cari rouge dans une soupe avec du lait de coco, de la lime, des crevettes et des nouilles de riz...ça me rappelle que ça fait un bout que je n'en ai pas fait!

La pâte de cari est vendue en conserve, en pot ou en enveloppe dans les marchés asiatiques ou dans les grands supermarchés au Québec. J'imagine qu'en France aussi, mais j'en ai aucune idée.... Je conserve la partie non utilisée au congélateur...ça se garde longtemps!

Avez-vous des informations à rajouter? À rectifier?

Laissez-moi-le savoir....
Repost 0
6 avril 2008 7 06 /04 /avril /2008 08:10
Une amie à moi, thaïlandaise, m'a offert une enveloppe de pâte de cari vert. En m'avertissant de n'utiliser que la moitié, puisqu'elle avait trouvé trop épicé son cari fait à partir d'une enveloppe entière. J'ai suivi les instructions sur l'étiquette (fort heureusement en anglais aussi. Il semble que tout soit sous-titré en anglais en Thaïlande, même les panneaux routiers sur l'autoroute. Mais bon, je m'éloigne du sujet.
Les indications à l'arrière de l'enveloppe suggéraient d'utiliser du poulet, des aubergines et du basilic pourpre (sweet basil).  Je vous écrit donc la recette comme indiquée sur l'enveloppe.


Cari vert de l'enveloppe

Mélanger la pâte de cari à une boîte de lait de coco dans une casserole et amener à ébulittion (j'ai utilisé une moitié d'enveloppe seulement mais une canne de lait de coco entière: j'aime la sauce!)
Faire sauter (stir-fry) 250g de poulet en lanières (j'ai mis le poulet cru dans la sauce et ai cuit à feu moyen jusqu'à ce que le poulet ait perdu sa teinte rosée)
Ajouter de l'aubergine, du basilic pourpre et des feuilles de lime kaffir (j'ai ajouté aussi des courgettes en grosses tranches)
Ajouter de l'eau et faire cuire jusqu'à ce que les légumes soient tendres
Servir avec du riz

Vous vous émerveillez probablement de la précision des mesures de la recette. Héhéhé....je comprend bien ce language-là, moi...un peu de ceci, un peu de cela....
Je vous avoue que pour le Ramou, une fois le poulet mi-cuit, j'en ai transféré quelques morceaux dans une autre casserole avec un peu de sauce et ai terminé la cuisson dans du lait (de vache). J'ai aussi omis les aubergines (aime pas ça...les caprices...) J'ai donc omis aussi de vous mettre la photo puisque ça avait pas l'ai très bon et que rendu là, c'était pas un vrai cari non plus. Mais le but de manger, c'est de pouvoir manger, non? Et quand c'est trop piquant, ce n'est pas agréable.
Dans mon assiette, par contre, c'était piquand comme j'aime, plein de goût et de saveur, du bonheur sur la fourchette.

Quand Wannapa m'a avoué préférer la cuisine thaï à n'importe quelle autre..........je lui ai répondu qu'elle avait raison.
Repost 0
5 avril 2008 6 05 /04 /avril /2008 08:56
Vous vouliez tous le voir. Le voilà. Le Tappan 400, original de 1959. Un monstre qui pèse une tonne! (je le sais, je l'ai porté!) La plaque de cuisson de pousse dans l'engin, ne laissant apparaître que la planche de bois.


Il y avait, à l'origine, une tige de rôtisserie. Mais selon ce que j'ai lu sur internet, elle semble manquer dans presque tous les poêles (pas solide?) et ne se trouve pas en pièce détachée. Dommage.
L'élément du bas de grand four ne fontionne pas. Le Ramou a fait exploser le fusible en essayant de connecter l'élément alors que le four était allumé. Nous devons donc acheter des fusibles.


Le gros rond est croche. Le serpentin penche vers l'avant, ce qui empêche une cuisson uniforme. L'horloge ne fonctionne plus non plus. Sinon, le petit four fonctionne et chauffe très vite! De même que les ronds.
Je ne sais pas encore si je m'habituerai vite ou non. Dans le cas où des réparations coûteuses devraient être effectuées ou que je n'arrive pas à m'habituer, nous le descendrons au sous-sol et nous en servirons pour le chalet (que nous aurons peut-être un jour). Mais si j'arrive à m'habituer et que les petites réparations peuvent être faites, nous ferons faire un meuble sur mesure pour contenir ce mastodonte.
Cela dit, je lui trouve un charme, un petit quelque chose de wow!.
Dîtes-moi, qu'en pensez-vous?v
Repost 0
2 avril 2008 3 02 /04 /avril /2008 21:07
Mon silence des derniers jours a une explication fort intéressante: le Renard a déménagé! Cette fois-ci, physiquement. Bon, j'imagine que vous avez l'habitude de me suivre d'appartement en appartement. J'espère que vous n'y trouviez pas trop de plaisir, car je compte bien rester ici longtemps, le plus longtemps possible, du moins.
Cet appartement est très différent de l'ancien. Il est vieux, plein de boiseries, de vitraux et de charme. Le chauffage à l'huile rend l'air moins sec et diffuse une chaleur confortable..... Je trouve le décor beaucoup plus chaleureux qu'à l'autre place. Nous avons acheté, pour cet appartement charmant, des meubles en bois (de toutes les teintes) chez un brocanteur, sur internet, etc....  Tout ce bois donne un effet très doux, très cocon. Les garde-robe sont grands, étonnant pour un appart aussi vieux! Et laissez-moi vous dire que le Ramou a plus de vêtements que moi!!! Le plus grand placard lui a donc été accordé..... Héhéhé........
Je vous épargne les photos de mon bordel. Quand le maximum sera rangé, je prendrai des photos et partagerai mon intérieur avec vous.
En attendant, je rattraperai mon retard de lecture de vos blogs....j'ai hâte de voir ce qui vous est arrivé depuis!
Repost 0
27 mars 2008 4 27 /03 /mars /2008 15:21
On pourrait croire, à tort, que le Renard ne s'entend pas bien avec le lapin de Pâques. Mais détrompez-vous, il n'en est rien, au contraire! J'aime Pâques. Le renouveau, l'idée de sacrifice pour le bien de l'humanité, le chocolat, les petits lapins et les couleurs pastels. Cette année, on peut oublier le printemps à Pâques, mais bon, il viendra bien en son temps.

Pas de grosse fête, pas d'agenda chargé. Cette année, juste une petite soirée chez les parents suivie d'une autre moins petite soirée chez nous. Un ami qui revient du Laos nous a raconté son voyage. Nous avons mangé le traditionnel jambon-patates pilées-mais en crème. J'ai mis plein de sirop d'érable dessus. Et une tarte au sirop d'érable pour dessert.

Le lendemain, nous retournions l'invitation et l'étendions à quelques amis et famille. Nous étions 8. Contents d'être là. Contents de se voir. L'après-midi a commencé tôt, pour accomoder des invités au rythme de vie différent. Un plateau de fromage, un bon vin (dont je vous parle plus tard) au salon autour de discussions et de farces desquelles tous ont ri de bon coeur. Ensuite, les derniers invités arrivent et on sert la soupe, faite par Vinie. Une soupe au chou rouge et au cumin. Elle me fait penser à celle d'Annie postée ici, mais en plus simple. Certains ont rajouté un peu de crème. C'était délicieux.

P1010207.JPG

Ensuite, une salade de fenouil et orange sanguine. Rafraîchissante, estivale et pleine de saveur. Le secret: une excellente huile d'olive goûteuse. J'aime le camaïeu de couleurs! Et les ingrédients sont crétins de simplicité:fenouil, orange (sanguine ou autre), sel et huile d'olive.

P1010211.JPG

La tradition chez le renard, maintenant, c'est l'agneau. Cela a commencé en Allemagne, à Pâques 2005, alors que je cherchais un jambon. Pas trouvé. La partie que nous utilisons pour le jambon ici est utilisé en Allemagne pour la charcuterie. Alors un jambon fumé avec os.....n'a pas. C'est alors que je me suis tournée vers l'agneau. Je n'avais jamais fait de gigot d'agneau. Mais belle-maman était là pour me guider. C'était excellent. Une tradition est née!

Je l'apprête de la façon suivante: faire des incisions dans le gigot et insérer de l'ail dans les fentes. Couvrir le dessus d'un mélange de moutarde, beurre fondu et herbes de provence. Saupoudrer de paprika, de ciboulette séchée ou autre épice que vous aimez bien. Cuire au four à 325°F, jusqu'à ce que la température interne affiche 45°C(oui, je sais, on est un peu mélangeant, ici, avec nos degrés différents). Sortir du four et envelopper dans du papier aluminium pour 15 minutes. Servir en tranches minces....

P1010203.JPG

Comme accompagnement, j'ai préparé des panais glacés à l'érable. Je croyais avoir  vu la recette sur la toile mais quand est venu le temps de la retrouver, rien! Que des recettes de carottes et panais glacés à l'érable et moutarde. Je ne voulais pas de moutarde. Alors je me suis lancée à l'aveuglette. C'était délicieux! La recette est comme suit:Couper les panais en bâtonnets. Faire fondre du beurre dans une poêle et faire dorer les panais. Ajouter un peu d'eau et couvrir pour quelques minutes afin de permettre aux panais de ramollir. Enlever le couvercle et évaporer l'eau. Ajouter du sirop d'érable et cuire jusqu'à ce que le tout soit glacé (bien couvert). C'était délicieux! Ça ressemblait à des frites. Les gens ont bien aimé ces "frites" et en ont repris à plusieurs reprises!

P1010213.JPG

Pour dessert, maman a fait une bombe alaska. Un gâteau des anges rempli de crème glacée et recouverte de meringue et passé au four! Mais il a visité le four trop longtemps. Il était un peu brulé. Mais ça n'a dérangé personne!

P1010217.JPG

La soirée s'est continuée devant la nouvelle machine espresso. Mon ami qui ne boit que du poison (j'appelle ça de même tellement c'est amer) a adoré mon café. Comme quoi ce qu'il recherche, c'est du goût et qu'il ne le retrouve que dans du café sur-torréfié avec une machine normale. J'étais fière! Il était mon pire critique et il est conquis......héhé!

Nous avons terminé en jouant à un jeu récemment découvert. Le Double 9. Un jeu de dominos allant jusqu'à neuf (mais certaines versions vont jusqu'à 15! Les chiffres ont tous une couleur différente, ce qui fait que même les enfants peuvent jouer. Les règles sont différentes du domino. Super jeu!

C'était une soirée réussie. Paisible, calme et pleine de bonheur. Tous sont repartis avec un chocolat, même mon oncle diabétique pour qui nous avons trouvé du bon chocolat noir sans sucre. Miam!
Repost 0
11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 20:34
Je sais que mon humble blog ne reçoit pas beaucoup de visites. Mais les habitués n'en sont que plus précieux et la vue d'un nouveau visiteur me remplit de joie. Je n'ai pas eu le commentaire chanceux sur un blog pour participer à ce jeu, mais j'ai plutôt décidé de le faire partir d'ici quand même. J'espère que l'idée vous plaira!

Les règles du jeux sont simples:

1- N'importe qui ayant un blog peut participer

2- Les 3 permières personnes à laisser un commentaires sur ce billet recevront un cadeau "mijoté" par moi-même

3 - Le cadeau sera envoyé dans les prochains 365 jours

4- En échange, vous devrez "payer à l'avance" en faisant la même promesse sur votre blog. Je n'envoie pas le cadeau tant que vous n'aurez pas posté à propos du "PAS"

À qui la chance?

P1000315.JPGLti_bug_fck
Repost 0
10 mars 2008 1 10 /03 /mars /2008 22:33
À chaque anniversaire, quand on demande à ma mère ce qu'elle souhaite comme gâteau, on reçoit toujours la même réponse. Un gâteau à l'orange. Pourtant, ce gâteau n'a rien de spécial dans sa confection ni dans sa technique. C'est un gâteau blanc dans lequel on a remplacé le lait par du jus d'orange et ajouté des zestes d'orange. Mais c'est un souvenir de jeunesse. Une recette de ma grand-mère. La texture est moelleuse et humide à souhait. J'ai utilisé un moule en silicone avec cheminée. Avec un si bon gâteau simple à faire, il n'y a aucune raison de se priver!

P1010102.JPG

Gâteau à l'orange de Laurette

1½ tasse de sucre
½ tasse de beurre
2 oeufs

2½ tasse de farine
3 c. à thé de poudre à pâte (levure chimique)
1 c. à thé de sel
1 c. à thé de vanille

¾ de tasse de jus d'orange
¼ de tasse de jus d'orange
zeste d'une orange

Préchauffer le four à 375°F
Tamiser ensemble les ingrédients secs. Ajouter le zeste d'orange.

Dans un grand bol, battre le beurre en crème et ajouter le sucre.
Battre jusqu'à texture légère et couleur blanche.
Ajouter les oeufs et bien battre. Ajouter ¼ de tasse de jus d'orange et la vanille.

Ajouter le mélange de farine au mélange de beurre en alternant avec le jus d'orange.

Verser dans un moule beurré ou siicone et cuire 30 minutes ou jusqu'à ce que la surface soit dorée et qu'un cure-dent inséré au centre en ressorte sec.

Si vous savez faire, faites un glaçage à l'orange ou au fromage à la crème.

P1010104.JPG




Repost 0
Renardgourmande - dans Dessert
commenter cet article
10 mars 2008 1 10 /03 /mars /2008 20:10
Nous caressions l'idée et l'espoir d'un jour posséder une machine. Je dis nous, mais en fait c'est moi. Je voulais une machine à espresso. Une vraie. Du bon café. Du vrai. Avec un super créma dessus. Du vrai.
Mon oncle en a une qu'il adore. Alors qu'elle était en solde la fin de semaine dernière, nous avions décidé de nous en procurer une. Au cours de mes recherches sur internet à propos de la machine convoitée, je tombe sur un site (malheureusement en anglais seulement).
www.coffeegeek.com.

Un bijou d'informations, tant sur les différentes machine que sur le monde du café, les récentes découvertes et technologies et un système de pointage des diverses machines avec témoignages d'utilisateurs heureux ou pas. Sur ce site, j'ai aussi trouvé un guide à l'usage du "magasineux de machine". Nous avons appris plusieurs choses.

Premièrement, le moulin est autant sinon plus important que la machine elle-même. Comme le dit l'auteur du guide:"I've often said that I can make a better shot of espresso with a $200 espresso machine and a $400 grinder than I can with a $2,000 espresso machine and no grinder (or a blade grinder)..." En français: "j'ai souvent dit que je peut faire un meilleur espresso avec une machine à 200$ et un moulin à 400$ qu'avec une machine à 2000$ et aucun moulin ou un moulin à lames." Ce qui signifie que si notre budget pour une machine se limite à 600$, on considère diviser le montant à parts égales entre la machine et le moulin.

Deuxièment, il y a autant de bonnes machines qu'il y a de catégories de buveurs. Il faut savoir ce que l'on veut d'un café et la quantité d'interaction que nous souhaitons avoir avec la machine. Les machines vont de manuelles (munies d'un levier, l'utilisateur doit en décider la pression, la température, le temps d'écoulement de l'eau, tout...) en passant par semi-automatiques ou automatiques (l'utilisateur peut jouer avec la mouture, la quantité de café et le temps d'écoulement de l'eau ou pas dans le cas d'une automatique. Tout le reste se fait automatiquement) à super-automatiques (on met notre tasse sous le bec, on pousse sur le bouton et le café coule dans la tasse. Le marc de café utilisé est envoyé dans un réservoir que l'on vide. Très pratique pour le bureau, par exemple ou les consommateurs "douillets" ou pressés).

Troisièmement, l'entretien détermine la durée de vie d'une machine plus que la marque elle-même. Utiliser de l'eau déminéralisée évite à avoir à décalcifier notre machine à tous les mois et épargne la pompe. Il faut aussi, aux trois mois, nettoyer les outils et la machine. Une machine peut durer entre 10 et 20 ans, tout dépendant de la marque, mais surtout de l'utilisateur et de son sérieux.

P1010092.JPG
À la lecture du guide, nous avons décidé de la magasiner au lieu d'acheter une machine spécifique juste parce qu'elle était en spécial. Fort heureusement. Dans le 3e magasin que nous avons visité, nous avons eu du super service. Située sur St-Laurent, la boutique Espresso Mali a tout pour plaire. Un service hors-pair, des employés instruits qui répondent aux questions autrement que par monosyllables. Ils ne privilégient pas une machine plutôt qu'une autre mais vous guident selon votre profil, vos attentes et vos habitudes. Les buveurs d'espresso du matin, qui le font en se maquillant ou enfilant leur bobette, ne seront pas satisfaient d'une excellente machine qui prend 15 minutes à chauffer! Et les aficionados de capuccino veulent de la mousse facile à faire. Ils offrent aussi beaucoup d'information sur les différentes qualités de café et comment les reconnaître. La boutique vend aussi des accessoires reliés au café ou au petit-déjeuner. Des tasses de toutes sortes, de toutes les couleurs et les styles. En plus, les machines sont branchées et dès que vous vous êtez décidés sur la machine que vous voulez, la conseillère vous montre comment s'en servir (parfait pour les visuels comme moi!) et vous sert un café en même temps!
P1010093.JPG
La machine qui a capturé notre coeur fut la Baby Gaggia, de Gaggia. Rouge, bien sûr! Un look rétro, un poids intéressant et un régulateur de quantité d'eau. Elle fait un excellent café à chaque fois. Pas besoin d'attendre en avant et de vérifier le café qui coule afin de pouvoir l'arrêter à temps! Je suis tellement lunatique, le café aurait souffert de mon inattention! Son réservoir s'emplit par en haut ou en le retirant vers l'avant (pour ceux qui ont des armoires basses). Assorti, le moulin rouge (héhéhéNuova Simonelli de Simonelli fonctionne à merveille. La demoiselle de la boutique nous les a calibrés et programmés. Le moulin donne la bonne mouture et la bonne quantité de café à chaque fois. Je n'aurai donc pas à faire des essais pendant des mois comme certains témoignages racontent, pour arriver à la bonne association de mouture et de quantité pour ma machine. Merci Émilie! Nous avons même reçu 1kg de café d'importation et le doseur à lait en inox en prime. Nous retournerons là-bas et recommandons cette boutique à tous!

À votre santé!

Repost 0
7 mars 2008 5 07 /03 /mars /2008 19:44
Ceci est une recette de famille. Simple et délicieuse, elle peut facilement servir une armée. Et quand les côtes-levées sont en spécial, on es profite! Celles de chez Costco sont vraiment belles avec beaucoup de viande. Pour ceux qui sont abonnés. Sinon, demandez à votre boucher.
La viande cuit dans une sauce tomate constituée de tomates, de sauce tomate et de jus de tomate.
Nous les servons avec des macaronis longs. Leur trou au milieu emprisonne la sauce. Mais vous pouvez utiliser vos pâtes préférées. 
Cette recette donne environ 15 portions. Ça se congèle tellement bien et c'est encore meilleur (si possible!!) réchauffé. Si votre congélo est déjà plein, vous pouvez couper les portions. En ce qui concerne les côtes-levées, vous en prennez beaucoup ou moins selon si vous aimez ça beaucoup ou moins!

Miss Diane, dis-moi si c'est la même recette que ta mère!

Macaroni aux spare ribs

Spare ribs coupés en rangées de 3
3 gros oignons, hachés
1 tête d’ail, déshabillée, dégermée et hachée
3 grosses cannes de tomates en dés
2 grosses cannes de sauce tomate
1 canne de jus de tomate
3 feuilles de laurier
sel et poivre
2 boîtes de macaronis longs

Faire dorer les morceaux de côtes-levées dans un corps gras (huile, beurre ou mélange des deux)
Réserver
Faire ramollir l’oignon et l’ail dans le gras de la viande
Remettre les côtes dans la casserole et couvrir des tomates, de la sauce et du jus d'au moins 3 pouces
Saler et poivrer au goût, ajouter le laurier
Mijoter quelques heures(ne pas bouillir) jusqu’à ce que la viande soit très tendre et se défasse facilement d’après les os
Mettre au frigo pour quelques heures et enlever le gras qui a figé à la surface
Réchauffer la sauce
Faire cuire des macaronis long à moitié
Égoutter et terminer la cuisson des macaronis dans la sauce

C'est toujours bon. De la bonne cuisine d'hiver. Alors allez vous chercher des côtes-levées avant la tempête de demain et préparez-vous un bon festin. La tempête peut faire rage, ça ne nous dérange pas quand on est en famille et heureux, au chaud à l'intérieur.

Repost 0
7 mars 2008 5 07 /03 /mars /2008 08:13
Quelle fût ma surprise en voyant une boîte de Mozart Kugeln au magasin où travail mon père. Que font ces délices ici? Ce sont des bonbons au chocolat autrichiens. La boîte n'est écrite qu'en allemand. J'en ramenais comme cadeau quand je revenais de chez moi.

P1010091-copie-1.JPG
Une boule de praliné au chocolat entouré de demi-lunes de masse-pain et de pâte de pistache, le tout recouvert d'une mince couche de chocolat au lait, trempée dans du chocolat noir........
Je crois que cette description parle pour elle-même! Quel bonheur d'en avoir trouvé ici! Mais c'est drôle que le fait d'en avoir trouvé ici rend l'Allemagne encore plus loin.. ...

undefined
undefined
Repost 0
Renardgourmande - dans Dessert
commenter cet article

Je Suis

  • : Chez Renardgourmande
  • Chez Renardgourmande
  • : J'aime la cuisine rassembleuse, ludique et gourmande. La mienne est à mon image: hétéroclite, généreuse et fantasque.
  • Contact

Mon blog se nourrit....

Chercher...

Texte Libre